Etre artiste de haut niveau et étudiant en même temps, c’est possible ça ?

A quelques jours de la reprise des événements culturels, rendez-vous avec Gaëtane et Martin.
Ils sont tous deux ‘étudiants-artistes.
Ce statut officiellement reconnu leur permet de combiner leur pratique artistique avec leurs études. C’est la Cellule ABS Vinci (étudiants à besoins spécifiques) qui établit, en dialogue avec les étudiant.es, les aménagements à mettre en place pour rendre cela possible.
On vous explique comment cela se traduit au quotidien et comment Gaëtane et Martin ont vécu le confinement de la culture.

D’abord faisons les présentations…

Gaetane Dubois – Institutrice primaire

Danseuse professionnelle

  • Après les secondaires, j’ai suivi 2 ans d’études à Paris (28h de danse par semaine) pour devenir danseuse professionnelle.
  • Je suis danseuse pluridisciplinaire et je me suis spécialisée en Hip-hop avec ses 5 styles (Locking, Popping, House, break et Hip-hop Old school et New school). Je peux également faire du Jazz, Jazz rock classique et du contemporain.

Martin Toulmonde – Kinésithérapie

  • Depuis maintenant 10 ans, je fais partie d’une compagnie de spectacle nommée « Pyronix Production« . Cette compagnie produit des spectacles de feu et de pyrotechnie au niveau professionnel. Nous produisons nos shows au niveau européen (Angleterre, Italie, Suisse…) et au niveau international (Arabie Saoudite…).
  • Nous sommes une dizaine de performeurs spécialisés en jonglerie feu, en pyrotechnie, en acrobatie, en aérien…
Comment concilies-tu tes études et ta pratique artistique ?
Le couteau suisse

Gaëtane : Je suis actuellement la formation d’institutrice primaire. Cela demande beaucoup de concessions, d’organisation et d’énergie. Il faut s’organiser entre nos études et la pratique de notre art. Ce n’est pas toujours évident, mais avec de la volonté on y arrive. Personnellement, j’ai peu de temps pour me reposer, mais cela ne me dérange pas.

Martin : Pour concilier les études et Pyronix, le statut artiste de la Haute Ecole me permet de suivre les TP dans les groupes avec les horaires qui me conviennent. Ce qui me permet de faire la totalité de mes entrainements et des spectacles. Pour les examens, je peux exceptionnellement décaler un examen dans la session avec l’accord du professeur si j’ai un empêchement professionnel.

As-tu pu exercer en cette année particulière ? As-tu trouvé une autre façon de rester en activité ?
Le Couteau suisse

Gaëtane : J’ai pu reprendre les cours de danse en début d’année académique, mais depuis Noël tout est à l’arrêt. Cependant, je m’entraîne comme je peux chez moi afin de maintenir mon niveau (et aussi parce que j’en ai besoin).

Martin : Nous avons pu continuer nos entrainements, mais les spectacles ont été interdits. Nous avons repensé notre manière de faire et nous avons proposé des lives tout au long de l’année. Nous avons pu dégager du temps pour élaborer nos futurs projets et nous sommes plus que prêts à reprendre nos spectacles !

Comment fais-tu pour conserver ta motivation en l’absence d'évènements culturels ?
Le Couteau suisse

Gaëtane : Je dirai tout simplement ma passion. C’est elle qui me tient et, même si ce n’est pas évident en ces temps actuels, l’espoir de pouvoir la revivre comme avant est toujours présent. J’ai la chance d’aimer un art que l’on peut pratiquer un peu partout, où que l’on soit. Le seul manque actuel, c’est le contact, la rencontre avec d’autres danseurs.

Martin : Pour garder notre motivation, nous continuons à nous entrainer et faire du sport tous ensemble. Cela permet de garder notre cohésion d’équipe et notre team spirit. Nous gardons des objectifs : nous avons des gros projets pour cet été.

Justement, quels sont tes prochains projets/objectifs ?
Le Couteau suisse

Gaëtane : Faire des spectacles et participer à beaucoup de workshops.

Martin : Les futurs projets de Pyronix sont pour l’instant secrets car nos agents n’ont pas encore annoncé les spectacles qui auront lieu cet été : nous espérons que le déconfinement nous sera favorable ! Plus personnellement, je m’entraine depuis plusieurs mois pour mon premier triathlon qui aura en juillet.

Aurais-tu un conseil pour aider les autres étudiants et étudiantes à se motiver en cette fin d'année qui approche ?
Le Couteau suisse

Gaëtane : Garder espoir même si ce n’est pas toujours facile et continuer à se projeter. On arrivera au bout de cette situation et lorsque l’on sera en mesure de réaliser nos projets tant rêvés, cela sera d’autant plus réjouissant car nous l’aurons attendu avec impatience, selon moi.

Martin : Mon conseil pour garder votre motivation pour cette fin d’année : faites du sport régulièrement pour vous vider la tête ! Ne restez pas seul, voyez vos amis et partagez du bon temps avec eux (dans le respect des règles sanitaires bien entendu).

As-tu une réflexion à nous partager au sujet de la culture en général, qui a été bien malmenée cette année ?
Le Couteau suisse

Gaëtane : Je trouve que la culture et l’art ne sont pas toujours mis en avant. On pense que c’est facile alors que non. Rien n’est facile et chaque métier/art est beau. L’art et la culture servent aussi à déconstruire, bouleverser les avis de la société afin de les faire réfléchir sur certaines valeurs, libertés.

Martin : Le secteur culturel aura besoin de vous quand les mesures le permettront : allez au cinéma, allez au théâtre, allez aux concerts… !

Etre artiste de haut niveau et étudiant en même temps, c’est possible ça ?
Partage l'info !
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Retour en haut